'.get_bloginfo('name').'

DISPOSITIFS OLFACTIFS

DISPOSITIFS OLFACTIFS

#

VERSION INTÉGRALE

DISPOSITIFS OLFACTIFS ET DÉCLINAISON MUSÉALE

© Tous droits réservés.

#

Peut être reconnu comme dispositif « tout ce qui a, d’une manière ou d’une autre, la capacité de capturer, d’orienter, de déterminer, d’intercepter, de modeler, de contrôler et d’assurer les gestes, les conduites, les opinions et les discours des êtres vivants. » Telle est la définition proposée par Giorgio Agamben dans un ouvrage paru en 2007, devenu référent de la pensée théorique du dispositif. Si l’on suit ce raisonnement, tout ou presque relève d’un dispositif. L’auteur souligne lui-même qu’aujourd’hui, « il n’y a plus un seul instant de la vie des individus qui ne soit modelé, contaminé, ou contrôlé » par l’un d’eux. Pour Jean-Louis Déotte, les musées sont des dispositifs politiques dont l’effectivité d’ouvrage est assurée par l’engendrement cyclique d’un oubli actif. L’institution muséale exhibe dans un seul espace et selon une unité temporelle parfois limitée, des œuvres pourtant crées en des époques et lieux très différents. Par-là, elle suspend et fait oublier les destinations originelles des artefacts qu’elle présente. Pour devenir objets de musées, ces derniers se défont de leur finalité et s’extirpent du circuit pour lequel ils ont été pensés en premier lieu. Désormais inaliénables, ils servent la démonstration d’une histoire de l’humanité pensée par le musée à notre attention, nous autres, « amateurs impressionnables ». Effaçant les origines ethniques pour faire apparaitre une histoire universelle de l’homme, la fonction d’oubli, oubli de la différence et de la division, fait du musée une condition sine qua none au maintien de la bonne société. Pensé comme dispositif politique, le musée renvoie à une apparition de l’art conditionnelle à l’oubli actif de ses origines, au Louvre conçu comme « tombeau de toutes les divisions ». Il devient alors intéressant de faire se croiser les destinations du musée, désormais pensé comme dispositif d’oubli, avec celles des odeurs, dispositif de reviviscence mémorielle par excellence.