'.get_bloginfo('name').'

FASHION TOPIC

FASHION TOPIC

#

 

VERSION INTEGRALE

FASHION TOPIC

© Tous droits réservés.

 

#

Dans son introduction sur l’histoire de la photographie de mode en rapport avec l’exposition du même nom s’étant tenue à New York en 1978, Nancy Hall-Duncan écrivait :

« Une photo de mode, c’est plus que de la belle mode et ce n’est jamais moins que de la bonne photographie. »

Cette formule, à la fois claire et stylisée, nous laisse pourtant entrevoir toute la complexité de l’objet qu’elle dénonce. Car bien que souvent rabaissée au statut de publicité, voir de propagande, la photographie de mode offre un terrain d’expression particulier et novateur trop souvent dénigré. De part les complexes entrelacs de ses contraintes et paradigmes, la photographie de mode a en effet de quoi susciter l’intérêt sur bien des plans.

De certains diront qu’elle se doit par obligation commerciale de nous plaire, de répondre visuellement à nos besoins. Devenue le terrain de démonstration d’influence des marques, elle s’est finalement éloignée des publics qu’elle cherchait originairement à atteindre pour côtoyer les sphères du luxe. Elle n’inspire plus la complicité mais une certaine soumission contemplatrice.

Elle ne nous laisse pas l’occasion de l’élire, elle s’autoproclame.

D’où le dénigrement de la qualité d’appréciation qui peut être faite d’une photographie de mode.

Pour la plupart, un jugement de goût ne peut s’appliquer à ce genre photographique puisqu’il comprend déjà intrinsèquement les réponses à nos critères d’appréciation esthétique. Comme déjà dit, une photographie de mode est avant tout faite pour nous plaire.

Par conséquent, dire que tel cliché nous attrait relève d’avantage d’un « Pourquoi la photographie de mode » et non d’un « Comment ».